1. Accueil
  2. carpet
  3. Fleurs de langage, langage fleuri : le monde poétique de la prostitution

Fleurs de langage, langage fleuri : le monde poétique de la prostitution

Les adeptes des relations tarifées ont tout un vocabulaire pour exprimer leurs préférences. La plupart du temps ce sont des acronymes imbitables (instant Wikipédia, l'acronyme le plus long du monde nous vient de Russie et non, comme il apparaît au prime abord, d'un roman de Lovecraft. Niiomtplaboparmbetzhelbetrabsbomonimonkonotdtekhstromont signifie « Laboratoire pour des opérations de couverture, de renfort, de béton et de béton armé pour les constructions composites-monolithiques et monolithiques du Département de la technologie des opérations du bâtiment assemblé de l'Institut de recherche scientifique de l'Organisation pour la mécanisation de bâtiment et l'aide technique de l'Académie du bâtiment et de l'architecture de l'Union des républiques socialistes soviétiques »).

Fleurs de langage, langage fleuri : le monde poétique de la prostitution

Equivalent en version prostitutionnelle : BBBJTCWS, bare back blow job to completion with swallowing, donc fellation sans capote jusqu'à éjaculation et ingestion. Heureusement c'est parfois plus mignon. Et parfois ignoble, parfois carrément raciste... et souvent créatif. Révisons donc notre argot.

Bonus ! Les commentaires racistes :