1. Accueil
  2. carpet
  3. Comment éliminer les acariens de son logement ?

Comment éliminer les acariens de son logement ?

Les acariens sont partout, même dans les maisons les plus propres ! Surtout, ils empoisonnent la vie de certaines personnes allergiques, car ils provoquent des symptômes divers : éternuements, nez qui coule, gorge qui gratte, crise d'asthme.... Voici toutes les astuces de nos experts pour déclarer la guerre aux acariens.

Un seul gramme de poussière peut contenir jusqu’à 10 000 acariens. Conséquence : les déjections de ces minuscules arachnides invisibles à l’œil nu provoquent, chez certains allergiques, rhinite, yeux ou gorge qui grattent, nez bouché, nez qui coule ou encore asthme.

Qu'est-ce qu'un acarien ?

Un acarien est une arachnide microscopique vivant souvent en ectoparasite (parasite externe) de l'homme, des animaux ou des plantes. Il ne vivent que deux ou trois mois environ, mais se reproduisent très vite lorsqu'ils se trouvent dans des conditions favorables.

Il existe une trentaine d'espèces d'acariens. Les acariens de maison ou acariens domestiques englobent plusieurs espèces vivant dans les habitations humaines ou sur l'homme. Ils ne piquent pas, mais leurs déjections et leur corps en décomposition peuvent être irritants.

Les acariens sont accusés d'être les premiers pourvoyeurs d’allergies respiratoires (asthme et rhinite), et de provoquer de nombreux symptômes allergiques tels que des conjonctivites, des allergies oculaires, des problèmes nasaux, respiratoires...

Non, les acariens domestiques ne piquent pas, contrairement à d'autres types d'acariens tels que les tiques ou les aoutats. Ainsi, ils ne peuvent pas laisser de boutons sur la peau. Ils déclenchent toutefois des symptômes allergiques tels que des démangeaisons cutanées.

Comment se débarrasser naturellement des acariens ?

Premièrement, pour aider à lutter contre les acariens domestiques, deux solutions :

Le taux d’acariens est trois fois plus élevé dans les maisons de campagne que dans les résidences principales, rapporte une étude danoise de 2005. Moins aérées, pas chauffées l’hiver, elles sont plus humides, tout ce qu’aiment les acariens ! Pour garder un air assez sec à la maison, il faut aérer tous les jours deux fois 15 minutes et vérifier que rien n’obstrue les échanges avec l’air extérieur. Un bon réflexe : ouvrir les fenêtres après avoir passé la serpillière ou mis du linge à sécher.

Comment éliminer les acariens de son logement ?

"Mettre en route un peu de chauffage à 18-19 °C dès les premiers froids évite qu’un air trop humide ne s’installe", ajoute le Dr Vervloet, allergologue et président de la Fédération française d'allergologie, coauteur de Tous allergiques ? Pour en finir avec une maladie de civilisation (Nouveaux débats publics).

À lire aussi

Comment éliminer les acariens en luttant contre l'humidité ?

Les acariens se développent lorsque les conditions sont propices, c'est-à-dire lorsque le taux d'humidité se situe entre 65 et 80%. Ainsi, afin d'éviter leur prolifération, ce dernier ne doit pas être supérieur à 50 à 60 %.

Les acariens se développent plus volontiers lorsque humidité et chaleur sont conjuguées, ce qui est fréquent dans les logements en hiver. "C’est pourquoi il est essentiel d’aérer toutes les pièces au moins 10 à 15 minutes par jour, et de maintenir une température entre 19 °C et 21 °C", rappelle Martine Ott, conseillère médicale en environnement intérieur au CHU de Strasbourg.

"Tout ce qui peut produire de l’humidité doit aussi être banni de la chambre d’une personne allergique : linge qui sèche, humidificateur ou saturateur, plantes, aquarium...", ajoute le Dr Trébuchon, médecin allergologue, auteur de Vaincre l'asthme et les allergies (éd. Albin Michel).

Comment enlever les acariens de la maison en limitant la poussière ?

Il est important de ne pas laisser la poussière s'installer, car elle peut contenir d’incroyables quantités d’acariens, donc d’allergènes, il faut chasser cette dernière partout où elle se trouve. Sur les étagères, mais aussi sur les sols, que l’on aspirera au moins une fois par semaine, de préférence avec un appareil équipé d’un filtre HEPA (voir l’encadré ci-dessous), ou qu’on lavera avec une serpillière humide et propre.

"Préférez un aspirateur doté d'un filtre HEPA ("haute efficacité pour les particules aériennes"), qui empêche les particules les plus fines de s'échapper dans l'air", conseille le Dr Vervloet. Il faut compter environ 150 à 180 euros pour un aspirateur puissant (Electrolux, Rowenta, Nilfisk...). Enfin, "il faut penser à laver le filtre pour que son efficacité reste optimale", précise Martine Ott. On évite les aspirateurs sans sac, qui impliquent un contact avec la poussière au moment de les vides.

Lavage en machine : quelle température pour tuer les acariens ?

"Les acariens meurent à 56 °C, ils ne résistent donc pas à un lavage à 60 °C", indique le Dr Vervloet. Mais, si on ne peut laver qu’à basse température, "l’action mécanique du lavage en machine permet à elle seule d’éliminer 95 % des acariens", précise Martine Ott, conseillère médicale en environnement intérieur.

La peluche préférée du petit ne passe pas en machine ? Or c’est un nid à acariens… on la place donc quelques heures au congélateur pour les éradiquer, car ces petites bêtes ne survivent pas au-dessous de 0 °C. Mais cela ne suffit pas, il faut ensuite “aspirer” la peluche pour bien éliminer les acariens et leurs déjections.

À lire aussi

Comment enlever les acariens dans la chambre et le lit ?

La chambre à coucher est “l’habitat” préféré des acariens domestiques qui profitent de la chaleur et de l’humidité dégagées par le corps en même temps qu’ils y trouvent leur nourriture (les squames cutanées).

"La chambre d’un allergique, sans être monacale, doit être la plus sobre et la plus épurée possible", dit Martine Ott. "D’abord pour éviter les nids à poussière, ensuite pour faciliter l’entretien".

Les produits acaricides sont des produits contenant des substances actives, qui sont censées tuer les acariens, leurs larves et leurs œufs, et même parfois, stériliser les femelles et lutter contre les moisissures dont se nourrissent les parasites. Les spécialistes déconseillent toutefois leur utilisation, ainsi que celle de linge de lit traité antiacariens. "Ils contiennent des substances chimiques qui non seulement sont sans effet sur leurs déjections, mais peuvent être irritantes pour les voies respiratoires déjà fragilisées", souligne Martine Ott.

Comment savoir s'il y a des acariens dans le lit ou la maison ?

Passer l’aspirateur sur une moquette pendant 30 minutes ne permet de récupérer qu’à peine 30% des allergènes… et même si vous lavez souvent vos textiles, les acariens ont tendance à revenir très vite. Vous soupçonnez votre chambre ou votre logement d’être colonisé, ou vous souhaitez simplement savoir si vous avez beaucoup de parasites chez vous ?

Rien de plus simple : il existe des tests qui permettent de déceler la présence et la quantité d'acariens dans votre maison ou votre appartement. Il suffit de déposer sur une bandelette la poussière extraite de l’aspirateur, et le test indiquera le degré de concentration en acariens en détectant la guanine, substance présente dans leurs déjections. Il existe plusieurs marques de tests : Acaritest ®, Acarex test ®...

Pour un diagnostic complet de votre intérieur, vous pouvez faire appel à un conseiller médical en environnement intérieur (CMEI). Il effectuera des mesures et identifiera les allergènes et les polluants présents. Il intervient sur demande d'un médecin (généraliste, allergologue ou pneumologue). La visite est gratuite lorsque le CMEI est rattaché à une structure publique (CHU, ARS…).

A lire aussiAuteurs : SCatherine JarrigeSEmmanuelle Blanc , Journaliste santéLaura Chatelain, journaliste spécialisée en santé, bien-être, forme et nutritionExperts : Martine Ott, conseillère médicale en environnement intérieur au CHU de Strasbourg ; Dr Florence Trébuchon, médecin allergologue, auteur de Vaincre l'asthme et les allergies (éd. Albin Michel) ; Dr Daniel Vervloet, allergologue et président de la Fédération française d'allergologie, coauteur de Tous allergiques ? Pour en finir avec une maladie de civilisation (Nouveaux débats publics). Article mis à jour par Mathilde Pujol, Journaliste santé