1. Accueil
  2. curtain
  3. La galerie d’art top secrète où les riches s’offrent des dinosaures et des météorites

La galerie d’art top secrète où les riches s’offrent des dinosaures et des météorites

Vous êtes riche à en crever et vous avez bien envie de décorer votre salon avec des objets un peu étranges et hyper exclusifs ? La ville toscane d’Arezzo, en Italie, abrite un lieu spécialement prévu pour ça. Le Theatrum Mundi, ou Théâtre du Monde en latin, est une galerie accessible uniquement sur invitation et qui offre ses services discrets et extravagants aux millionnaires de toute l’Europe.

Publicité

Cet espace hyper sélect’ a été ouvert en 2015 par Luca Cableri, 49 ans, qui se décrit lui-même comme « le collectionneur de l’impossible ». Il nous a permis de jeter un coup d’œil derrière les rideaux toujours tirés de la galerie, un endroit où les lumières sont tamisées à l’extrême et où vous ne croiserez aucune horloge. Cableri en lui-même est une expérience : véritable dandy, le type nous a accueillis dans cette « zone crépusculaire permanente » en costume parfaitement taillé, agrémenté d’une paire de baskets en python.

Il nous a d’abord montré les pièces maîtresses de sa collection : les griffes originales de Wolverine — qu’il a enfilées avec une facilité déconcertante —, des fossiles de dinosaures, des dents de T-Rex, un sabre laser original de Star Wars, une des baguettes de Harry Potter et une authentique combinaison spatiale soviétique. Après tout ça, on avait évidemment plein de questions.

LUCA CABLERI TAPANT LA POSE AVEC LES GRIFFES DE WOLVERINE. DERRIÈRE LUI, UN CASQUE DU FILM JURASSIC PARK ET UNE PHOTO PRISE PAR LA NASA.

VICE : Bonjour Luca, commençons par les bases. Qu’est-ce que le Theatrum Mundi ?
Luca Cableri : L’idée à l’origine du Theatrum Mundi est le vieux concept de « cabinets des merveilles ou de curiosités », des collections privées constituées par des nobles et des savants du XVIe siècle jusqu’au siècle des Lumières [XVIIe siècle]. Elles servaient principalement à épater la galerie.

Publicité

Avec ce projet, j’ai voulu faire la même chose : surprendre ceux qui entrent, susciter leur excitation. Les objets exposés ici proviennent de très loin. Je les recherche, les trouve et les expose dans un nouveau contexte.

En fait, je fais passer des objets d’un marché de niche à un marché de luxe plus étendu. Les fragments de météorites peuvent par exemple se trouver sur des marchés namibiens ; ici, je les place dans une pièce décorée de fresques, à côté d’autres objets étonnants. C’est un peu comme prendre un zèbre en photo au sommet du mont Everest. Si vous savez comment réunir des univers différents, vous ne créez pas le chaos, vous suscitez l’émerveillement.

À L’INTÉRIEUR DU THEATRUM MUNDI, L’ACCESSOIRE ORIGINAL DU FILM « ALIEN ».

Comment tout cela a-t-il commencé ?
Je viens d’une petite ville près de Gorizia [nord-est de l’Italie]. J’étudiais le droit et j’ai commencé à acheter et à vendre mes premiers objets sur des marchés de rue, pour le plaisir. Après avoir obtenu mon diplôme, j’ai bossé chez Christie’s, à Londres. Cette expérience m’a ouvert à la véritable dynamique du monde de l’art.

Et depuis ce moment-là, vous vendez des dinosaures. Comment avez-vous mis la main sur tant de fossiles ?
On pourrait penser que les dinosaures appartiennent aux musées, mais la planète regorge de fossiles. Certains sont très rares, d’autres extrêmement communs.

Dans des régions comme le Wyoming ou la Caroline du Nord aux États-Unis, il y en a beaucoup, tout comme en Mongolie. Le problème, c’est de les faire sortir du sol, car les restes d’un même dinosaure peuvent être éparpillés à 500 ou 600 mètres de distance.

Publicité

À GAUCHE : UNE MÉTÉORITE MARTIENNE. À DROITE : UNE DENT DE T-REX DONT LA VALEUR PEUT ATTEINDRE 80 000 EUROS.

Est-ce légal de déterrer un fossile de dinosaure ?
Ça dépend. Dans certains états des États-Unis, ça l’est. En Italie, ça ne l’est pas.

LifeGwen van der Zwan

OK. Mais il n’y a aucune réglementation concernant leur importation ?
Il existe des lois internationales très strictes mises en œuvre par Interpol [l’Organisation internationale de police criminelle]. C’est surtout vrai pour les objets archéologiques, mais je n’ai pas souvent affaire à ce genre de choses, sauf avec une poignée de sarcophages il y a de ça quelques années. En principe, tous les objets de plus de 50 ans ont besoin d’une autorisation pour être importés ou exportés. On achète tout à l’étranger. Il nous suffit ensuite de demander un « certificat de libre circulation » aux autorités douanières italiennes.

Et les combinaisons spatiales et les météorites ? Ça se trouve où ?
Aux quatre coins du monde. Une combinaison spatiale soviétique, ça se trouve à Korolyov [le centre des opérations spatiales russes] ou à Moscou. Pour les météorites, il faut aller en Namibie ou au Maroc et une fois sur place, parvenir à entrer en contact avec les personnes qui les collectionnent.

Le plus difficile est toujours d’atteindre la source. Prenons les météorites, par exemple. La première fois que j’ai essayé d’en acheter une, je me suis rendu sur un marché. Avec un peu de patience, j’ai pu finalement discuter avec ceux qui prennent leur Jeep et se rendent tous les jours dans le désert pour en trouver.

Publicité

Donc, vous recevez un appel d’une personne dont le métier est de rechercher des météorites…
Il m’a fallu des années pour former ces connexions, mais oui, c’est ça.

EN HAUT : COMBINAISON SPATIALE SOKOL UTILISÉE À BORD DES VAISSEAUX SPATIAUX SOYUZ ; EN BAS : UNE MÉTÉORITE.

En ce qui concerne les acheteurs, quel est votre type de clientèle ?
Sans citer de noms, mes clients les plus fréquents sont des collectionneurs éclectiques. Ils possèdent une très belle maison et veulent y ajouter un objet un peu inhabituel, comme une tête de tricératops, qui fait toujours plein d’effet, ou un costume de Batman pour le bureau. Ce sont généralement des hommes d’affaires qui ont très bien réussi, mais je rencontre aussi de grands noms de la mode et du cinéma.

La galerie d’art top secrète où les riches s’offrent des dinosaures et des météorites

À combien se vendent ces objets ?
Le prix varie de plusieurs milliers d’euros à plusieurs millions. Si vous voulez un fragment de météorite martienne, vous dépenserez environ 1000 euros par gramme [à titre de comparaison, l’or coûte environ 50 euros par gramme]. En général, la valeur de ces objets augmente chaque année, c’est un marché en pleine expansion.

Savez-vous où finissent vos objets ?
Dans certains cas, oui, les clients nous envoient des photos.

Mais où diable faut-il placer un morceau de Mars ?
Il y a beaucoup de solutions pour que ça rende bien [rires]. Un client, par exemple, a exposé trois météorites sur un mur, puis a éclairé l’ensemble d’une façon divine. C’était très élégant. Un autre acheteur français a placé son très grand dinosaure à l’intérieur d’un château, tandis qu’un client indonésien a choisi son salon. Dans tous les cas, ce sont d’excellents sujets de conversation pour briser la glace avec vos invités.

Publicité

CABLERI POSANT À CÔTÉ DE LA MOTO DU FILM « EASY RIDER » ET SOUS L’UN DES NOMBREUX CROCODILES TAXIDERMISÉS FIXÉS AUX PLAFONDS DE LA GALERIE, CELUI-CI DATANT DES ANNÉES 1800.

Comment choisissez-vous les objets pour la galerie ? Est-ce en fonction des demandes des clients ?
À moins que je ne reçoive une demande spécifique de la part d’un client, je choisis les objets qui me passionnent. Ils doivent être uniques, extraordinaires. Je voyage, je visite des expositions, je lis des livres et si quelque chose pique mon intérêt, je me mets à sa recherche.

Chaque objet a sa propre histoire, c’est ce que je dis aux acheteurs. En général, mes clients en savent déjà beaucoup car ils se renseignent avant de venir. Mais récemment, je croise pas mal de nouveaux riches qui achètent uniquement pour le côté esthétique.

COSTUMES ORIGINAUX DE DIVERS BLOCKBUSTERS HOLLYWOODIENS.

Comment authentifiez-vous les objets ?
C’est différent selon la catégorie. Prenons les météorites. Il en existe trois types principaux : les lunaires, les martiennes et les autres, celles qui possèdent une forme esthétiquement intéressante.

Quand on trouve une météorite, on en découpe un morceau de 20 grammes qu’on envoie à Washington. Là-bas, le fragment est analysé en laboratoire et on peut alors savoir si la météorite provient de mars, de la lune ou d’ailleurs. Si tout est OK, la roche est certifiée et inscrite dans le bulletin international des météorites [une liste de toutes les météorites connues].

Pour les objets comme les combinaisons spatiales, il y a des spécialistes qui vérifient leur authenticité. Et malheureusement, il y a beaucoup de contrefaçons. Pour les souvenirs issus de films, je demande toujours le certificat d’authenticité (COA). Mais je fais souvent appel à deux ou trois contacts de confiance pour vérifier. C’est la jungle vous savez, ce monde.

Publicité

ACCESSOIRES ORIGINAUX ISSUS DE « ROBOCOP » ET DES « TORTUES NINJA ».

Quels sont vos objets préférés ?
Quand j’étais petit, je rêvais d’être astronaute. Les combinaisons spatiales sont pour moi complètement dingues. En ce moment, je m’intéresse surtout au cinéma américain. Lorsque j’ai apporté ces objets sur des expositions internationales pour la première fois, ils n’ont pas reçu beaucoup d’attention. Les gens du milieu ne les considéraient pas comme de l’art. Je pense que c’est un grand malentendu. De nombreux objets, comme le bouclier de Captain America ou l’alien dans Alien, ont été conçus par de véritables maîtres.

LifeArkasha Keysers

Pour terminer, qu’est-ce qui se vend le mieux ?
L’Histoire Naturelle se vend toute seule, il y a déjà un public pour ça. Les ventes aux enchères internationales se portent bien. Chez Sotheby’s, un squelette de T-Rex se vend jusqu’à 30 millions d’euros. Avec un fossile de dinosaure, vous pouvez facilement ajouter un zéro à l’étiquette de prix et quand même réussir à le vendre.

CABLERI QUI NOUS OUVRE LA PORTE DE SON CABINET DE MERVEILLES.

LE BUREAU DE LUCA CABLERI, CACHÉ DERRIÈRE UNE PORTE SECRÈTE DISSIMULÉE PAR UNE BIBLIOTHÈQUE DANS LA SALLE PRINCIPALE DE LA GALERIE.

LUCA CABLERI DANS SON BUREAU.

Grab dal sito del Theatrum Mundi.

Oggetti di scena originali esposti nel salone principale del Theatrum Mundi.

L’UN DES OBJETS EXPOSÉS AU THEATRUM MUNDI, LE SQUELETTE D’UN DINOSAURE ALLOSAURUS JIMMADSENI, À 55 % COMPLET.

UNE REPRODUCTION ORIGINALE DE MYSTIQUE, PERSONNAGE DE LA SAGA X-MEN.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.
VICE Belgique est sur Instagram et Facebook.

Tagged:FilmdinosaursMuséemillionairesriche En vous abonnant à la newsletter de VICE, vous acceptez de recevoir des courriers électroniques qui peuvent contenir de la publicité ou du contenu sponsorisé.