1. Accueil
  2. sofa
  3. Mélangisme : connaissez-vous cette pratique libertine "soft" ?

Mélangisme : connaissez-vous cette pratique libertine "soft" ?

Pimenter sa vie sexuelle, dire adieu à la routine, raviver la flamme… Tout en restant fidèle ! Les raisons qui poussent un couple à se lancer dans le libertinage sont multiples. Connaissez-vous le mélangisme, une des nombreuses pratiques échangistes ?

A lire aussi :

L'amour à plusieurs séduit plus les hommes que les femmes

Mélangisme : qu’est-ce que c’est ?

Le mélangisme, c’est avant tout une relation intime avec plusieurs partenaires. À première vue, cela peut ressembler à de l’échangisme. Toutefois, la nuance est grande : les mélangistes ne s’adonnent pas à la pénétration avec des personnes extérieures au couple. En effet, cette pratique sexuelle se limite à échanger des caresses, des regards, des baisers avec d’autres partenaires. Ce genre de flirt est avant tout une question d’esthétisme, de sensualité, de la beauté des corps nus qui se mélangent les uns aux autres. C’est un mode de sexualité idéal pour les couples attirés par l’échangisme qui n’osent pas sauter le pas. Ce type de relation permet également de s’émanciper d’une vision phallocentrée du sexe, qui voudrait que pénétrer son ou sa partenaire soit indispensable pour lui donner du plaisir ou l’exciter. Les mélangistes tiennent véritablement à se distinguer des échangistes. En effet, ils nient tout rapprochement avec l’exhibitionnisme, le voyeurisme, ou tout autre lien avec la pornographie.

Selon Sebastien Garnero, sexologue, les principales raisons qui poussent les couples à pratiquer le mélangisme sont "une recherche de sensations, de plaisirs différents, de mise en acte de fantasmes sexuels de pratiques en groupes".

Parmi les mélangistes, il y a deux écoles : ceux qui acceptent les échanges génito-buccaux, et ceux qui les excluent. Ainsi, certains adeptes pratiquent le sexe oral : le cunnilingus, la fellation, l’anulingus… Et d'autres non. En effet, cette pratique implique une forme de pénétration et se situe donc à la frontière de l'échangisme.

Il en va de même pour la masturbation mutuelle qui est courante dans certains groupes de mélangistes et absente ailleurs. Selon le spécialiste, cette pratique est toutefois "largement pratiquée et acceptée". Comme dans toutes les relations charnelles, il est important de se mettre d’accord sur ce qui est acceptable ou non avant de s’aventurer.

Parfois, les rapports mélangistes se transforment en relations côte-à-côtistes. Au comble de leur excitation, les partenaires “officiels” se retrouvent alors pour continuer de faire l’amour en couple, tout en restant avec les autres libertins et libertines.

Le mélangisme serait né au XVIIIème siècle. La pratique connaît son essor pendant les années 1990, alors que le sida apparaît. Elle permettait en effet aux libertins et libertines d’échanger les partenaires sans risquer de transmettre ou d’attraper le VIH. Ainsi, cette sexualité se fonde sur des rapports érotiques limités et prudents. À l’origine, il s’agissait des élites intellectuelles qui se livraient clandestinement au mélangisme.

Ce type de libertinage comporte-t-il des risques liés aux infections sexuellement transmissibles ? A priori, l’origine même de la pratique est fondée sur la volonté d’éviter la transmission de virus… Qu’en est-il ?

Mélangisme : quels conseils avant de se lancer ?

© Adobe Stock

Mélangisme : connaissez-vous cette pratique libertine

Sebastien Garnero fournit quelques conseils aux couples qui souhaiteraient se lancer dans l'aventure du mélangisme. Comme pour toute relation intime, le pilier est évidemment le consentement mutuel. Il faut "être bien certain que les deux membres du couple sont pleinement partants pour ce type de pratique". Il existe un écueil particulier dans le libertinage : "Bien souvent, un des membres du couple tend vers le libertinage et essaye d'amener l'autre sur ce terrain", explique le sexologue. "S’il s’agit uniquement de faire plaisir à l’autre, cela risque d’induire des difficultés à posteriori, voire de déstabiliser le couple dans ses fondements", poursuit le professionnel.

Pour la plupart des couples, sentiments, intimité et fidélité sexuelle vont de pairs : il est donc extrêmement important de se mettre d'accord sur le "contrat" de mélangisme auquel vous souhaitez adhérer. Masturbation mutuelle ? Sexe oral ? Combien de partenaires ? Assurez-vous de vous poser les bonnes questions avant de vous lancer.

Pour le mélangisme, ou pour n'importe quelle pratique libertine, les conséquences varient selon les couples. Le docteur Sebastien Garnero en a listées quelques unes. D'une part, elles peuvent être positives "si chacun est au clair avec cette expérience, et si le couple le fait d'un commun accord dans l’idée d’explorer une autre approche de la sexualité".

Néanmoins, elles peuvent être négatives "si les conditions ne sont pas réunies entre les deux partenaires du couples, et sont ambigües ou peu claires; risque de jalousie, fragilisation du couple". En effet, le sexologue indique que l'un des membres du couple peut finir par se sentir manipulé, humilié et même traumatisé par cette expérience. L'un des risques est également que l'un des partenaires finisse par se désintéresser de la sexualité en couple ou même, dans une moindre mesure, "de rentrer dans un parcours d'addition sexuelle".

Mélangisme : comment se protéger des IST ?

© Adobe Stock

Si le mélangisme ne devrait pas poser de problème au premier abord, attention aux libertins qui pratiquent le sexe oral. En effet, de nombreuses maladies et infections peuvent être propagées lors de rapports génito-buccaux. C’est pourquoi il faut impérativement se protéger.

Une digue dentaire est un rectangle ou un carré, généralement en latex. Très souple, c’est le seul moyen d’éviter une contagion lors d’un cunnilingus ou d’un anulingus. Pour l’utiliser, les règles ressemblent à celles du préservatif. Vous ouvrez l’emballage avec les mains et non avec les dents pour ne pas abîmer ce qui se trouve à l’intérieur. Placez la digue sur la vulve ou l’anus de votre partenaire. Ne la réutilisez sous aucun prétexte.

Les fellations sont elles aussi vectrices d’infections. Les mélangistes doivent donc impérativement utiliser un préservatif s’ils souhaitent s’y prêter, encore plus s’ils ont plusieurs partenaires en dehors de leur couple.

Si vous pratiquez régulièrement le mélangisme avec les mêmes personnes, vous pouvez tous faire vos tests sanguins pour être sûrs que vous n’avez pas d’infection sexuellement transmissible. Ces tests sont à renouveler à chaque relation sexuelle non protégée avec un nouveau partenaire. Vous pourrez ainsi vous livrer à vos relations mélangistes sans crainte et sans limite.

Libertinage : quelles sont les différentes pratiques ?

© Adobe Stock

Le libertinage est une philosophie à part entière. D'après l'expert, "on qualifie de libertinage ou de pratiques libertines une conception de la sexualité essentiellement récréative aux moeurs libres orientées exclusivement vers la recherche de l’excitation et du plaisir sexuel en dehors ou en complément d’une forme de monogamie sentimentale, en présence ou pas du partenaire habituel". Il ne s'agit pas simplement d'une relation "libre", mais bien d'une vision du sexe dissociée des sentiments amoureux. En ce sens, il existe une infinité de pratiques qui implique le sexe à plusieurs, dont vous n'avez peut-être jamais entendu parler...

Le candaulisme est une pratique sexuelle qui consiste à ressentir de l’excitation en regardant son ou sa partenaire avoir une relation charnelle avec une ou plusieurs tierces personnes. Ce mode de libertinage repose sur la compersion, c’est-à-dire le plaisir de voir l’être aimé épanoui et heureux, ici sur le plan érotique.

Relation appréciée de certains mélangistes, le côte-à-côtisme consiste à faire l’amour avec son partenaire “officiel” devant d’autres couples dans la même pièce. Les autres duos, s’adonnent, eux aussi, à des relations sexuelles. Cela permet de conserver l’exclusivité tout en jouissant du plaisir de voir et d’être vu.

Plus connu, le triolisme est vulgairement appelé “plan à trois” ; il consiste à intégrer une troisième personne dans un rapport sexuel de couple. Cette pratique est également adoptée par des célibataires qui aiment l’amour à plusieurs.

Bien entendu, il existe pléthore d’autres relations libertines et les rapports à plusieurs ne se limitent pas toujours à trois. Sebastien Garnero rappelle notamment l'existence de l'échangisme de soirées ou de clubs, l'orgie sexuelle de groupe, le gang bang ainsi que les pratiques de bondage.