1. Accueil
  2. carpet
  3. Ces personnes ont survécu à Marioupol. Voici leurs histoires

Ces personnes ont survécu à Marioupol. Voici leurs histoires

Trois personnes qui ont réussi à s’échapper de la ville assiégée racontent à openDemocracy les horreurs dont elles ont été témoins.

La population locale appelle souvent la ville de Marioupol, dans le sud de l’Ukraine, «Marik». Ce surnom affectueux rappelle la culture de la ville, qui comprend des traditions grecques, tatares et juives, ainsi qu’une culture industrielle, des paysages remarquables et le littoral de la mer d’Azov.

Avant la guerre, de nombreux habitants de Donetsk faisaient quatre heures de train jusqu’à Marioupol, afin de profiter de la vue sur la mer et, soyons honnêtes, des délicieux chebureks de la ville, un plat traditionnel tatar de Crimée fait de pâte fraîche et de farce [chaussons salés farcis à la viande], qui étaient vendus dans un petit café de bord de mer, non loin du pont du passage à niveau. Les paysages remarquables de la ville apparaissent dans les peintures de l’éminent artiste grec pontique et ukrainien, Arkhip Kuindzhi. Récemment, le musée local portant le nom de Kuindzhi a été endommagé lors des bombardements. On ne sait pas encore combien d’œuvres d’art ont été perdues.

Aujourd’hui, «Marik» est soumis à un blocus par les forces russes. Nous n’avons pas encore une image claire des horreurs qui se sont abattues sur la ville. Les gens ont dû parcourir de longues distances à pied et à leurs risques et périls pour tenter de fuir et de survivre.

openDemocracy a demandé à trois personnes qui ont quitté la ville de raconter leur expérience du siège russe.

Pendant quatre ans, Katya et moi étions côte à côte alors que nous étudiions à l’université de Donetsk. Après avoir obtenu son diplôme, elle est devenue rédactrice en chef d’un petit journal de Donetsk. Katya est petite et drôle. Elle a toujours eu un engouement farouche. Pour Katya, la guerre a commencé en 2014. Ses parents sont restés à Donetsk, tandis qu’elle a déménagé à Marioupol où elle a vécu avec son mari, tout en travaillant dans son journal. Son fils est également né là-bas. Comme de nombreux Ukrainiens, elle a appris l’invasion à grande échelle le 24 février, mais ne croyait pas que Marioupol serait attaquée. Elle a réussi à quitter la ville le 17 mars.

«Nous avons fait face à la guerre totale à la maison. L’alarme anti-aérienne sonnait deux ou trois fois par jour. Nous sommes donc sortis dans le couloir de notre appartement et nous avons attendu jusqu’à ce que les sirènes cessent de sonner. Puis, quelques jours plus tard, l’électricité a cessé de fonctionner dans la ville. La mère de mon mari a appelé et nous a dit de venir chez elle – une maison privée non loin de chez nous. Nous y sommes donc allés. Nous étions neuf, dont deux enfants – mon fils et le fils du jeune frère de mon mari, dont la famille nous a rejoints.

Nous ne croyions pas que la guerre sévissait dans tout le pays. Nous lisions constamment les nouvelles, en espérant que tout serait bientôt terminé. Mais la situation n’a fait qu’empirer. Bientôt, nous n’avions plus d’eau ni d’essence. Il n’y avait aucune couverture pour téléphone mobile et aucune connexion Internet. Nous avions l’impression d’être coupés du monde entier.

Dès que les tirs commençaient, nous courions au sous-sol, une petite pièce de deux mètres carrés près de la cuisine d’été. Il faisait froid là-dedans. Nous y avons installé deux bancs et des tapis pour être au moins un peu à l’aise, et nous nous sommes tous assis tout habillés. Tout le monde ne pouvait pas s’asseoir dans cette pièce si petite; une partie de notre famille se cachait encore dehors. Le frère de mon mari a une fille d’un an et demi. Elle ne pouvait pas passer tout son temps au sous-sol. Ils ne descendaient donc que lorsque les bombardements étaient intenses. Ils passaient la nuit dans la maison chaque fois que c’était possible. Plus tard, lorsque les bombardements sont devenus intenses, les enfants ont dormi sur des bancs, et nous nous sommes assis sur de petites chaises à proximité.

Ensuite, la situation a encore empiré: tous les magasins ont été fermés et certaines personnes ont pillé les supermarchés, emportant tout. Mais tout le monde doit comprendre qu’ils n’avaient pas le choix: les gens ne pouvaient rien acheter. Ils ont paniqué et il y a eu du grabuge. Un seul magasin était ouvert, le supermarché Zerkalny. Certains habitants ont établi une liste pour aider les gens à acheter des choses. Les prix ont augmenté. Il n’y avait plus de pain dans les magasins. Peu après le début du siège, les gens ont acheté tout le sucre, la farine et la levure, afin de pouvoir faire du pain eux-mêmes. Nous avions des réserves de nourriture, mais elles se sont vite épuisées car nous étions très nombreux.

Nous avions l’impression qu’une catastrophe humanitaire se profilait. Nous avons essayé de nourrir les enfants trois fois par jour, en leur préparant de la soupe et en leur donnant du porridge. Finalement, le père de mon mari nous a demandé, à moi et à son autre belle-fille, Karina, de trouver un meilleur endroit pour rester avec les enfants afin d’avoir une meilleure chance de survivre. Nous savions qu’il y avait un refuge dans le jardin d’enfants que fréquentait mon fils. Nous avons pris des vêtements et des jouets, de la nourriture et nous sommes allés nous cacher là-bas. Le sous-sol était grand, et de nombreuses familles y logeaient déjà. Mais ce n’était pas un véritable abri, il était traversé par des tuyaux d’égout et un système de chauffage. Bientôt, toute notre famille s’y est installée aussi. Jusqu’à 90 personnes sont restées à l’intérieur, dont 30 enfants d’âges différents.

Le sous-sol était toujours froid et humide. Nous étions poursuivis par une sensation de froid. Nous ne pouvions jamais nous réchauffer. Les enfants mangeaient trois ou deux fois par jour; les adultes mangeaient souvent une fois par jour, parfois deux. Nous cuisinions sur un feu de bois. Les femmes montaient à l’étage, préparaient les choses et faisaient la vaisselle; nos hommes faisaient un feu dans la rue, installant une cuisine de campagne sur une brouette. Nous cuisinions du bortsch, de la soupe et de la bouillie de blé. Certains jours, à cause des bombardements intensifs, nous n’avions pas d’eau du tout – nous ne pouvions pas aller en chercher. Alors nos maris recueillaient la neige et l’eau de pluie et la faisaient bouillir. Mais nous ne mourions pas de faim. Nos hommes réussissaient toujours à aller quelque part et à obtenir de la nourriture auprès de l’armée ukrainienne ou dans des entrepôts. Une fois, ils ont apporté plusieurs boîtes de biscuits et nous les avons distribués avec du kompot [de la compote: une boisson à base de fruits bouillis] aux enfants. En de rares occasions, il y avait des bonbons, des oranges ou des pommes. Et les nouvelles personnes qui arrivaient apportaient toujours de la nourriture. Nous essayions de dissimuler un chou avec des feuilles pourries dans du bortsch. Certains jours, nous mangions de la mayonnaise ou de la semoule salée avec de l’eau quand il n’y avait rien d’autre à manger. Je n’ai jamais rien goûté de tel. Les hommes mangeaient du gruau.

Nous avons eu la chance que le jardin d’enfants n’ait pas été bombardé, mais les maisons voisines ont été endommagées. Quand il n’y avait pas de bombardements, nos hommes patrouillaient dans la rue. Les frappes aériennes étaient horribles. Chaque fois que [les avions arrivaient], nous pensions que notre jardin d’enfants serait détruit. Le plafond tremblait, et les enfants se réveillaient et pleuraient. Nous avions tous peur.

Une fois, nous sommes sortis et avons vu un cadavre dans la rue. Il était là depuis très longtemps, une semaine à coup sûr. Finalement, nous avons demandé à quelqu’un qui c’était. Il s’est avéré qu’une femme âgée était morte chez elle et que ses proches avaient emporté son corps dans la rue, pour ne pas avoir cette odeur dans la maison. Les gens continuaient à mourir. Les gens enterraient leurs proches morts dans les cours autour de leur maison, dans leur jardin, partout. Parfois, les cadavres gisaient simplement dans la rue. C’était aussi effrayant quand le couvre-feu arrivait; il faisait nuit, et il n’y avait pas de bombardements, mais il y avait une odeur de brûlé dans la ville. Ce silence était terrible.

Parfois, j’arrivais à me connecter. Nous avons immédiatement appelé des proches pour leur faire savoir que nous étions en vie. Quand il a été possible d’appeler quelqu’un, nous avons appris qu’il y avait une possibilité d’aller d’une manière ou d’une autre vers Mangush [une ville à l’ouest] et plus loin vers Berdyansk. Nous n’étions pas sûrs de ce qu’il fallait faire. Nous avions peur d’être abattus sur la route. Mais un matin, mon mari est venu et a dit que nous partions. Il s’était organisé pour que d’autres personnes partent en même temps. Il y avait donc plusieurs voitures.

Nous avions passé la plupart du temps assis dans le sous-sol et n’avions pas vu la destruction qui avait déjà eu lieu. Lorsque nous sommes partis et avons parcouru la ville en voiture, nous avons vu l’horreur de ce qui était advenu. Tout était cassé, tout s’était effondré. Il y avait des cratères dans les rues, des bâtiments brûlés. C’était terrifiant.

Nous avons roulé, et nous avons prié tout le long du chemin. Nous avons demandé au Seigneur de nous garder en vie. Et je crois qu’il nous a aidés car nous sommes arrivés relativement vite: nous avons quitté Marioupol vers dix heures du matin et sommes arrivés à Berdyansk à trois heures de l’après-midi.

***

Ces personnes ont survécu à Marioupol. Voici leurs histoires

Egor Zakharov, un étudiant de 22 ans, a passé un peu plus d’un mois dans le blocus de Marioupol. Son père, l’artiste Sergii Zakharov, surnommé «le Banksy [artiste de street art] de Donetsk», qui a déjà passé près de deux mois en prison dans la «République populaire de Donetsk» après avoir fait la satire des combattants pro-russes, l’attendait à Kiev.

«Le 24 février, mes parents m’ont appelé tôt le matin pour me dire que les troupes russes étaient entrées en Ukraine. Nous ne savions pas quoi faire à ce moment-là. Je suis étudiant et je vivais dans un dortoir à Marioupol avec mes amis. Certains de mes amis ont d’abord quitté la ville, mais j’ai décidé de rester. Au début, il y avait 19 personnes à mon étage, le septième. Le 25 mars, nous n’étions plus que huit, dont deux étrangers – un étudiant du Turkménistan et un autre du Soudan. Après cela, nous avons tous quitté la ville ensemble.

Au début, nous avons passé les nuits au septième étage, dans le couloir, en pensant que les murs nous protégeraient. Le 10 mars, nous avons déménagé au sous-sol, où se trouvaient d’autres étudiants et des habitants des quartiers voisins qui avaient fui leurs maisons en raison des bombardements intensifs.

Durant ces premiers jours, je n’avais aucune crainte. Mais nous avons commencé à craindre que quelque chose ne s’abatte sur notre bâtiment, car nous avons vu comment les maisons voisines avaient été détruites. Une fois, il y a eu une puissante explosion dans les quartiers centraux. L’onde de choc a fait voler en éclats les fenêtres de notre dortoir. Malgré tout ce qui s’est passé, nous avons essayé de tenir bon. Mais certaines personnes ne pouvaient pas le supporter, émotionnellement, comme nous l’avons vu dans le sous-sol. Une femme tressaillait à chaque bruit, même si ce bruit n’avait rien à voir avec la guerre. C’était difficile d’être confiné là, alors nous ne passions que les nuits au sous-sol et passions le reste du temps au septième étage. Là, nous avons construit un poêle et cuisiné de la nourriture. Assis sur le balcon, nous regardions les navires de guerre russes attaquer la ville depuis la mer. Nous avons vu comment les avions volaient et larguaient des bombes et la lueur des explosions ainsi que les destructions. Tous les jours étaient pareils.

Les deux premières semaines, nous avons pu sortir. Nous allions faire des courses et chercher de l’eau – certains magasins vendaient des paquets de nourriture à un prix légèrement excessif (avec des céréales, de la farine, des petits pains, des légumes, des bonbons, parfois des haricots). La toute dernière fois que nous sommes allés chercher de l’eau, nous n’étions que trois. Les autres avaient trop peur.

Une fois, nous sommes allés au supermarché Zerkalny. Il y avait une longue file d’attente, et nous avons passé un certain temps debout dans la rue. Le bâtiment à côté de nous était en feu. Les habitants n’ont pas pu éteindre le feu car il n’y avait plus de pompiers dans la ville. Après cela, les bombardements ont commencé et se sont intensifiés. Un obus est tombé à 50 mètres de nous. Nous nous sommes figés. A ce moment précis, c’était terrifiant. Les gens couraient, mais nous nous sommes cachés derrière le magasin. Lorsque les bombardements ont cessé, nous avons enfin pu acheter de la nourriture. Sur le chemin du retour, nous avons vu combien notre quartier avait souffert. Il y avait des cratères d’obus. Une femme nous a demandé si nous connaissions des médecins. Un homme était assis sur un banc et fumait en silence. Il regardait trois personnes mortes qui gisaient à côté de lui. Dès que nous sommes revenus au dortoir, les bombardements ont recommencé.

Le centre médical Adastra n’était pas loin de nous, et les militaires [ukrainiens], qui distribuaient de l’aide humanitaire, nous ont permis d’entrer. Ils avaient une réserve d’eau et de nourriture. Nous avons également trouvé un vieux téléphone portable complètement chargé et une radio. Nous avons essayé de trouver des fréquences où des Ukrainiens parlaient, mais nous n’y sommes pas parvenus; nous n’entendions que des Russes. En écoutant cette radio, nous avons entendu les militaires russes qui exhortaient les soldats ukrainiens à se rendre, et des conversations entre Tchétchènes. J’ai pu parler à mon père le 24 mars. Il m’a dit que je devais partir. Mes camarades de classe et moi avons décidé de marcher. Nous avons essuyé deux bombardements. Mais j’ai finalement réussi à quitter la ville.»

***

Pendant plusieurs jours, les institutions culturelles ukrainiennes ont tenté de localiser l’artiste Daniil Nemirovskiy, basé à Marioupol. Elles sont restées longtemps sans nouvelles. L’artiste de Marioupol était assis dans l’abri de la célèbre usine métallurgique Ilyich, sans pouvoir contacter personne. Pendant qu’il était là, il a dessiné des civils. Il n’a réussi à emporter que trois dessins lorsqu’il est parti.

«Le 24 février, je me trouvais dans un quartier résidentiel de la banlieue de la ville avec mes grands-parents, loin de toute base et unité militaire. La guerre n’a pas tardé à s’inviter dans ce lieu paisible – les Russes ont chassé les forces ukrainiennes. Lorsque les soldats ukrainiens sont revenus pour le reprendre, les Russes ont commencé à bombarder ce quartier tranquille presque immédiatement, et les civils ont commencé à souffrir.

J’ai discuté avec mes grands-parents: ils ne pensaient pas qu’il était nécessaire d’aller dans un abri anti-bombes, ils pensaient qu’il était prudent de rester chez eux. Ainsi, lorsque leur rue a été bombardée, j’ai décidé de partir, mais eux sont restés. Récemment, mes parents ont été informés que ma grand-mère était à l’hôpital suite à une blessure par éclats d’obus.

Les habitants de la ville n’avaient aucune information, notamment sur d’éventuels couloirs verts pour les évacuations. Nos combattants et nos policiers ont dit qu’ils allaient chercher de l’aide auprès des bataillons de Zaporijjia, une ville située à environ trois heures de route, et nous avons tous prié pour qu’ils viennent. Mais personne n’est venu.

Marioupol est divisée en deux parties par la rivière Kalmius: la rive gauche et la rive droite. Les forces Z [armée russe] ont d’abord capturé la rive gauche et ont commencé à avancer. Ensuite, des combats ont eu lieu partout, notamment dans le centre-ville. Et il n’était pas clair qui contrôlait le centre de Marioupol.

Début mars, j’ai déménagé dans un abri anti-bombes situé à la première entrée de l’usine métallurgique Ilyich. C’est un abri antiatomique soviétique bien équipé avec deux sorties, mais il est difficile d’y rester plus de deux heures [parce qu’il est si petit]. L’abri comportait quatre sections, dont chacune mesurait 4,5 sur 4,5 mètres. Il y avait huit personnes et seulement quatre bancs dans mon bloc. Nous y passions tout notre temps et n’avions pas le droit de sortir car c’était trop dangereux à l’extérieur.

Au départ, l’usine a été mise en veilleuse pendant deux à trois semaines. Mais les ouvriers ne sont pas revenus. On entendait constamment les bombes tomber sur l’usine.

En temps de guerre, la nourriture est précieuse. Nous avons mangé en utilisant un feu de camp dans la rue. Les deux premières semaines, il gelait, donc notre nourriture était sûre, mais elle a commencé à se gâter quand il a fait plus chaud. Le 10 mars, nous n’avions plus de nourriture et l’aide humanitaire ne pouvait pas arriver à Marioupol. La ville était assiégée. Un jour, des policiers ont pénétré dans certains entrepôts et magasins et ils ont distribué de la nourriture aux gens. Ce n’était pas du pillage. Une fois, [les policiers] nous ont apporté neuf boîtes de saucisses sans étiquette ni date d’expiration. Je pense que des livraisons de nourriture aussi importantes n’auraient pas pu avoir lieu si la police n’avait pas aidé.

Si vous voulez vivre, vous partez à pied. Le 21 mars, j’ai quitté mon abri et j’ai marché jusqu’aux zones occupées, en évitant tous les points de contrôle sur le chemin. Je savais que des bus partaient régulièrement pour la ville de Volodarske [depuis 2016, la ville s’appelle Nikolske], qui est proche [et contrôlée par la République populaire de Donetsk (RPD) autoproclamée]. J’y ai rencontré des volontaires. Des drapeaux russes et de la RPD étaient partout. Les Russes et les gens de la RPD organisent le transport vers Donetsk et Rostov-sur-le-Don, mais un soldat russe m’a dit que si je voulais y aller, je devais subir une «filtration». Je n’ai pas compris ce qu’il voulait dire par là. Et bien sûr, je voulais aller en Ukraine, bien qu’il soit difficile de le faire de Volodarske à l’Ukraine, car il n’y a pas de connexion directe.

Les forces de la RPD ont volé des bus ukrainiens et les ont utilisés pour envoyer des gens à Rostov, sans même changer les plaques. J’ai donc décidé de me rendre à Berdiansk, qui est contrôlée par les forces militaires russes, mais je dirais qu’elle est toujours ukrainienne. J’ai attendu un bus pendant deux jours, puis j’ai finalement décidé de me débrouiller tout seul. A la fin, j’ai réussi à passer un accord avec un homme du coin qui m’a conduit à Berdiansk pour 750 hryvnias [23 euros] Nous sommes passés par quatre points de contrôle en chemin, deux de la RPD et deux de l’armée russe, avant d’arriver finalement à Berdiansk.

A Berdiansk, même si des soldats russes nous ont accueillis à l’entrée de la ville, il y avait des drapeaux ukrainiens et des affiches «Navire de guerre russe, va te faire foutre !». Presque immédiatement, j’ai reçu un message sur mon téléphone concernant une évacuation vers l’Ukraine, qui était censée avoir lieu depuis un complexe sportif. J’y suis allé, mais il n’y avait aucun volontaire, aucune évacuation, aucune information.

Seule la radio de propagande russe fonctionnait. Elle disait que bientôt toutes les chaînes de télévision de la ville passeraient aux chaînes russes. Les bus ukrainiens n’étaient pas autorisés à entrer dans la ville même, ils partaient donc d’un endroit appelé l’Azov Ring [une place à l’entrée de la ville]. J’ai appris d’une manière ou d’une autre que 15 bus ukrainiens devaient arriver, alors je suis arrivé à l’Azov Ring et suis monté dans le premier bus. Ensuite, il y avait quatre autres points de contrôle, mais ils semblaient moins brutaux.

Marioupol résiste encore. Mais jour après jour, la situation dans la ville se dégrade: les gens ont moins de nourriture et d’eau et il leur est de plus en plus difficile de se rendre en Ukraine.» (Reportage publié sur le site OpenDemocracy, le 8 avril 2022; traduction rédaction A l’Encontre)