1. Accueil
  2. carpet
  3. Quelles sont les plantes invasives au jardin ? Les méthodes éfficaces pour limiter leur prolifération

Quelles sont les plantes invasives au jardin ? Les méthodes éfficaces pour limiter leur prolifération

Plantes invasives jardin et plantes envahissantes ! Et non, si vous pensez que c’est la même chose ! Bien qu’il s’agisse de deux mots d’une seule racine, ce n’est pas une forme double et la différence existe. Dans cet article, nous essayons d’éclaircir les disparités, de révéler les espèces autochtones et de répondre à la question « Faut-il redouter les plantes invasives jardin ? »

Contenu de la page

Y a-t-il une différence entre les plantes invasives dans le jardin et celles qui ont un comportement envahissant ?

Liens commerciaux

Introduites par la volonté de l’homme, suite à ses besoins d’alimentation ou d’esthétique, les plantes invasives jardin s’adaptent bel et bien et peuvent perturber l’équilibre environnemental de la zone. Sauvages ou d’origine horticole, elles menacent la biodiversité locale et arrivent même à substituer certaines espèces plus fragiles à tel point qu’elles disparaissent. Les plantes invasives jardin sont idéales pour la conception d’un jardin anglais.

Quant à l’autre terme, les « plantes envahissantes », toujours locales mais aussi exotiques, elles se prolifèrent rapidement et de façon à coloniser des terrains entiers. De caractère coriace, peuvent-elles être éliminées et comment ? Est-ce qu’on peut les éviter ?

Liens commerciaux

Si les chiffres vous intéressent, on a recensé 700 espèces végétales importées qui se sont naturalisées, dont une centaine sont redoutées comme invasives. Vu la période de pollinisation pendant laquelle les allergies au pollen tracassent une grande partie des Français, on peut parler d’impact environnemental, économique et sanitaire. Un autre facteur pour la prolifération des plantes invasives au jardin, qui est considéré comme prépondérant, c’est le changement climatique.

Quelles sont les plantes invasives au jardin ? Les méthodes éfficaces pour limiter leur prolifération

L’Ambroisie à feuilles d’armoise est devenue indésirable à cause des allergies graves qu’elle provoque chez les gens sensibles.

Le Houblon japonais est une espèce considérée comme invasive à un taux de reproduction élevé et de croissance rapide. Il a le potentiel de déplacer les plantes indigènes et d’inonder plaines et jardins.

La Berce du Caucase est une plante rustique de nature invasive et toxique qui provoque un eczéma sur la peau au toucher.

Le Buddleja ou l’arbre à papillon : on accuse cet arbuste de tuer les papillons, mais c’est un traitement du problème par-dessus la jambe, car les insectes ne pondent que sur des plantes qui leur sont utiles.

L’Acacia Dealbada ou communément appelé mimosa d’hiver, orne les jardins de superbes floraisons jaune d’or de janvier à mars selon le climat. Vous ne voulez pas vous en priver ! Alors, il est nécessaire de savoir quand tailler le mimosa.

L’Herbe de Pampa : il faut contrôler la culture de cette reine des graminées ornementales.

Les griffes de la sorcière produisent des fleurs de couleur claire, allant du blanc au jaune, et ne semblent pas très envahissantes. La variété qui donne des fleurs de couleur magenta, en revanche, devient rapidement nuisible. En effet, la plante forme un tapis épais, très dense et serré sous lequel aucune autre végétation ne peut survivre.

Le Figuier de Barbarie : quoique comestible et très utile grâce à sa grande teneur en eau, cette plante est invasive suite à son pouvoir ornemental. Il faut connaître ses habitudes pour planter ce cactus à l’extérieur.

L’ail triquètre : Malgré que certaines possèdent des propriétés médicinales et sont décoratives, les plantes invasives jardin susmentionnées doivent être évitées. Donc, avant de succomber au charme de telle ou telle espèce, prenez en vue l’établissement, l’expansion et l’impact sur les autres végétaux. En général, lorsqu’on décide de planter une espèce, le facteur « entretien facile » est très attrayant. Gare à une plante qui se développe très vite et se ressème trop aisément ! Si quand même, vous en raffolez, exercez un contrôle scrupuleux.

Si vous n’avez pas compris, nous répétons qu’il ne s’agit pas de mauvaises herbes et de leur élimination efficace. Sans doute, priorité aux méthodes bio avec un herbicide naturel fait maison ! Si vous avez planté une beauté dans le but de décorer un coin de votre jardin ou le patio, un jour, vous serez peut-être dressé devant le défi de vous en débarrasser. Comment ? La première chose qui vous vienne à l’esprit est d’arracher les intruses à la main. C’est une méthode sûre mais chronophage si par exemple l’ail triquètre, qui par rapport à l’ail des ours, a poussé dans tout le jardin. Malgré sa belleapparence, cette plante doit être éliminée vu sa nature invasive.

Arracher, faucher et couper sont les méthodes qui donnent de bons résultats face aux importuns. Pour préserver l’environnement et les plantes à proximité, oubliez les pesticides toxiques.