1. Accueil
  2. curtain
  3. Frédéric Beigbeder: «Ça m’énerve!»

Frédéric Beigbeder: «Ça m’énerve!»

CHRONIQUE - Le premier livre d’Éric Greff raconte comment il est devenu Helmut Fritz, c’est-à-dire comment de vendeur chez BMW il est devenu rock star éphémère en 2009.

Éric Greff a été une rock star mais personne ne le sait. Non, ce n’est pas un des deux Daft Punk. Souvenez-vous: «Toutes celles qui portent la frange à la Kate Moss/Le rouge à lèvres c’est fini, maintenant c’est le gloss: ça m’éneeeeerve!» Ce titre fut numéro 1 en radio en 2009, son vidéoclip visionné plus de 45 millions de fois. Il est le «dernier single physique le plus vendu en France» (500.000 exemplaires). Son chanteur à accent allemand se nommait Helmut Fritz, «une fraise Tagada qui aurait fusionné avec un rideau autrichien». Treize ans après, personne ne le connaît plus, alors Éric Greff fait ce que font tous les has been: publier un livre. Il raconte comment il a imaginé Helmut en regardant Karl Lagerfeld à la télévision, la surprise d’un succès instantané, la gloire absurde, et la chute aussi rapide. Dans un style corrosif, il décrit une industrie du disque complètement cynique, qui le lance comme un gag et le dégage avec mépris. Il n’épargne pas ses rêves pitoyables de cadre commercial…

Frédéric Beigbeder: «Ça m’énerve!»

Cet article est réservé aux abonnés.Il vous reste 62% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

J'EN PROFITE

Déjà abonné ?Connectez-vous